Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 16:13

Mariel Clayton - Put the toilet seat down

Image-2.pngNous avons avec les processus de rapports situationnels d’isolement, les mécanismes d’indentification/ différenciation, une opération qui tient de l’ordre des croyances. Vous pouvez les prendre dans leurs effectuations logiques, sociales, politiques, vous les verrez travailler pareil, non pas comme la prolifération des proliférations, mais la prolifération déterritorialisée qui décharge et rabat tout ce qui a vocation à proliférer et délirer. On peut prendre une démocratie de type dit représentatif ; on peut prendre un marché capitaliste ; n’importe quelle question d’états de corps, d’âmes, de politique, etc. partout vous verrez des proliférations sombrer sous une profusion d’offres identifiées et isolées arbitrairement qui procède de l’approximation et du renoncement. Notez le délice d’un tel paradoxe qui noie sous la profusion le renoncement, qui rend le renoncement, la réduction, profus. J’insiste : la logique rationaliste qui formate notre pensée ; les règles du marché capitaliste ; la construction de quelque chose comme l’être ; ou l’organisation du contrat social, tous sont appelés à fonctionner pareil, offrant autant de niches contraignantes et délimitées dans lesquelles nous ne parviendrons jamais à nous y retrouver, quand bien même elles viendraient se démultiplier et se juxtaposer, laissant toujours de côté la part que Freud a désigné sous le nom d'Inconscient.

 

Passons à autre chose. Je ne suis pas du tout d’accord avec Bergson, ce qui n’est pas grave et qui ne retire rien à son intuition immense et la clarté inouïe de l’articulation de ses démonstrations, quand il explique comme disons... le corps humain sélectionne et tri, cueille et fixe dans ce qu’il perçoit des choses pour pouvoir agir dessus. C’est la langue, comme elle est structurée, qui semble fixer les choses, et non la perception. Précisément, on ne voit, on n’entend, on ne sent que le changement. C’est bien pourquoi nombre d’animaux s’immobilisent pour échapper à la vue ou l’ouïe de leurs prédateurs ; comme d’autres fuient à corps perdu pour sauver leurs vies, je suppose que pour pouvoir percevoir les choses, il faut qu’elles ne soient pas trop immobiles, mais pas trop rapides pour pouvoir agir dessus... Bref, c’est la langue qui semble s’organiser en posant des noms ici et là, en fondant des notions, en fixant des identités et des différences totalitaires. C’est la conception d’après cette langue, ce jeu syllogique fou, qui a besoin d’établir et de fixer, ni la perception, ni l’action...

 

Bon, mais les choses ne sont pas si simples... On a vu que le mot meurt. On a vu aussi que les identités/différences prolifèrent dans des jeux de rapports situationnels indéfinis, qui n’en finissent pas de ne pas épouser ce qu’elles désignent et de s’échapper à elles mêmes. C’est même précisément parce qu’elles manquent ce qu’elles désignent et qu’elles ne se désignent pas elles-mêmes que ces identités/différences prolifèrent et continuent de courir comme n’importe quelle autre chose. Le mot est une chose qui court. L’action est une course aussi. Etc. La question de cette immobilisation bergsonnienne ne se pose pas vraiment. C’est l’utilisation syllogique que l’on va faire des choses, des noms-choses totalitaires, etc. pour les penser et les organiser conceptuellement qui va venir établir et fixer. C’est bien pourquoi j’utilise le mot totalitaire. Et même, c’est bien parce que, comme le précise Bergson, je retourne l’argument, la perception sélectionne, comme la mémoire ne retient que ce qui peut leur être utile, que l’on peut parler à propos d’états d’âmes, politiques, etc. de mycorhizes, de tolérances intéressées et de concours synallagmatiques, voués, comme les mots, comme les choses, à proliférer. En d’autres termes, j’insiste, qu’il s’agisse de l’amour, d’une société, ou autre, ce que l’on voit comme des états, ou des organisations, ne sont que des processus non pas d’échanges, mais de tolérances, d’embranchements, de concours et de coïncidences d’intérêts – le terme intérêt est arbitraire et ne tiendrait que si l’on pouvait isoler un nom ou une chose précise, délimiter par exemple une fin – qui n’ont pas le temps de s’équilibrer que déjà ils prolifèrent les uns des autres.

 

Je voudrais parler d’autre chose. Je voudrais parler d’un angle d’approche, comment dire... ébouriffant que nous offre le théoricien du droit Michel Troper et qui va venir faire nos affaires quant à ces histoires de pouvoir magique d’un système linguistique comme la Loi. Michel Troper contourne, dans un exposé qu’il a donné le 30 janvier 2006 à l’ENS, les théories dites normatives, qui veulent que la Loi se pose comme norme référentielle qui possède un sens établi qu’il va s’agir d’interpréter,  en voyant l’interprétation comme un acte de volonté. En d’autres termes, ce n’est pas seulement qu’il est impossible de retrouver le sens d’un texte discuté et voté par des centaines de parlementaires qui peuvent en avoir chacun une lecture différente, « un texte n’a pas d’autre sens que celui que détermine l’interprète ». Là vous avez une articulation précieuse : il ne s’agit plus de regarder la Loi comme le support d’un délire, mais de voir le support lui-même délirer. Pour faire pressentir cette marge inouïe de l’interprétation, Michel Troper chosit un exemple qu’il emprunte à Perelman : en d’autres temps, la Justice britannique, dont les prisons débordaient d’hommes, prévoyait de condamner à mort les voleurs d’objets de valeur supérieure à 39 shillings. Les jurés, refusant de condamner à mort, estimaient la valeur de ces objets volés, chevaux, bijoux, etc. toujours à 39 shillings. Vint le jour où il s’est agit de juger un voleur qui avait dérobé un portefeuille qui contenait 10 livres, c’est-à-dire 200 shillings. Et bien ses jurés ont estimé que le portefeuille et ces 200 shillings valaient 39 shillings. L’anecdote est délicieuse, elle souligne l’absurdité du « contra legem » et souligne que l’interprétation de la Loi par les juges, ne consiste pas en une spéculation d’augures, que la Loi n’est pas posée comme une donnée empirique dont la Justice serait la science, mais que l’interprétation produit ses propres données empiriques. Et même. Ces actes d’interprétations se refusent à se fonder comme données empiriques. Michel Troper nous donne un autre exemple pour mesurer ce dernier point. Je réarticule son propos, mais je ne crois pas le trahir. Il a recours à un arrêt du Conseil d’Etat pour démontrer comment les juges, plutôt que de produire des interprétations générales et normatives, préfèrent souvent se concentrer sur les faits qu’ils ont à juger, la prémisse mineure du syllogisme judiciaire. C’est ainsi donc qu’une Loi interdisant de construire un immeuble qui pourrait nuire à une « perspective monumentale », la question s’est posée de savoir si tel immeuble pourrait être construit sur telle place. Les juges, plutôt que de se demander ce que pouvait bien signifier « perspective monumentale », ce qui aurait produit une norme générale, une donnée empirique jurisprudentielle en quelque sorte, se sont contentés de savoir si telle place, précisément la place Beauvau, offrait ou non une telle perspective.

 

Je ne pouvais pas ne pas faire un sort à une pareille démonstration, qui vient appuyer mon idée que les données empiriques comme les verbes n’en finissent pas de proliférer et ne viennent jamais buter sur un terme totalitaire, la vérité, la science, les dieux, autre...

Partager cet article

Repost 0
Published by claude pérès - dans LOGOS (dire - penser - agir)
commenter cet article

commentaires