Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 16:00

A 17:00, en lisant Braudel décrire les mécanismes des Bourses et des Marchés aux XVIIe et XVIIIe siècles, où "l'on ne se contente pas d'acheter et de vendre des actions en pariant sur la hausse ou sur la baisse, mais où des jeux savant vous permettent de spéculer sans même avoir d'argent ni d'actions dans les mains", restant "aux aguets de fluctuations d'un instant, celles qu'une vraie ou fausse nouvelle provoque aisément" (Civilisation matérielle, Economie et Capitalisme, Tome II, pp. 102-103), je me disais qu'il est saugrenu de s'en prendre aux Marchés ces temps-ci, dont l'activité court depuis des siècles et qui ont de toutes façons toujours su contourner les "interdictions gouvernementales" qui empêchent "d'acheter et de vendre du vent" en concevant d'autres astuces qui "favorisent les mêmes pratiques, sous d'autres formes" (Ibid., p. 110), avec ce goût curieux pour la régulation et l'ordre, qui tend à masquer l'impuissance du législateur, au moins à ses propres yeux, alors que le problème ne tient manifestement pas dans ces Marchés, mais dans le simple fait de condamner les pays européens à s'endetter auprès d'eux.

Partager cet article

Repost 0
Published by claude pérès - dans POST-IT
commenter cet article

commentaires