Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 19:14
  Si vous voulez me faire croire à l’amour, je ne comprends pas pourquoi c’est si difficile pour vous de me montrer un exemple.

  Je n’ai pas de problème avec l’anarchie. Je ne suis pas du genre à avoir froid aux yeux.

  Je ne sais toujours pas si la propension que certaines personnes ont à me tirer dessus vient du fait que je suis censé être tellement fort que j’encaisse les coups, qu’elles me prennent pour leur père freudien, qu’elles sont sans pitié, pour les autres, pour elles ou qu'elles ont un désir masochiste d'aller là où ça rembarre.

  Je ne sais pas non plus combien de temps il leur faut pour voir qu’elles se battent toutes seules parce qu’il y a longtemps que je suis parti.

  Vous avez déjà vu un boxeur s’échauffer sans punching-ball, les poings serrés qui attaquent le vide, la haine du regard face à des fantômes, la folie totale, la même que celle de quelqu’un qui parle tout seul ?

  On peut dire que ces personnes, je les prends pour des folles. On peut dire ça. C’est ce qui fait que je suis déjà parti donc.

  Je ne vous expliquerai jamais ce que c’est le calme, parce que vous pouvez le lire dans mes yeux.

  Je ne vous apprendrai pas à lire non plus.

  Ce n’est pas dit que ça isole forcément, le genre de travail que j’entreprends.

  Ce n’est pas dit non plus que ça rende fou. Définissez la folie pour voir.

  Je fais sortir les diables des boîtes. Je ne me préoccupe pas de savoir s’ils ont le sourire aux lèvres.

  Je fais jaillir les trucs.

  Je fais sortir l’eau de la terre aussi. 

  Je boirai le sang des personnes qui pillent l’eau que j’ai trouvée.

  A ce moment précis, vous lirez la survie dans mes yeux.

  Vous pouvez aller vous faire foutre.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by claude pérès - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

JL 23/07/2008 20:05

     Le problème de cette paix recherchée, c'est qu'elle impose l'effet inverse, dû à la tendance maso des femmes. Faut pas se leurrer, un homme qui paraît froid, on donne un sens à ça. On le veut mystérieux. Mystérieux donc qui attise la curiosité. Si il nous rend curieuse, il nous attire et hop, là c'est foutu. Le pire, c'est que même si on embellit les choses, les hommes qui sont si secrets sont capables de donner beaucoup plus en amour que ce qu'ils pensent. Et aller de surprise en surprise, à la découverte de l'autre qui se cachait au départ et qui finalement se découvre parce que c'est nous l'autre personne, eh ben... C'est le rêve de toute femme qui est prête à aimer passionnément.       C'est pas seulement parce que les femmes sont folles. C'est parce qu'à jouer le rôle du mâle caché ( donc blessé ; c'est vrai par contre on fait de sacrés amalgames =D ), ça attire.      Quand à la raison de se cacher de l'amour, elle m'attriste toujours autant mais depuis quelques années je la comprend, et me surprend à la couver.        Ah et il est vraiment bien cet endroit !

claude pérès 24/07/2008 17:38


alors merci JL... je suis très content que mon texte t'inspire et te fasse aller vers tes propres préoccupations... bon, simplement eh bien je me permets de te suggérer de laisser tomber des
notions comme "paix", "amour" et "désir" et tu verras peut-être que dans cet élan que tu décris si joliment se jouent des choses plus graves, plus mouvementées encore... mais ça a l'air de très
bien foncionner comme c'est alors je ne dis plus rien... merci encore :-)