Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 08:25

A 09h26, j'insite : la vue, l'ouie, l'odorat  sont des sens spéculatifs et hallucinés, des sens d'alerte de signaux et de signes, des sens de la possibilité en tant qu'elle n'a pas lieu, des sens du temps. Là où le toucher - le goût est un toucher - le toucher de la peau, des muqueuses, des organes, est un sens de l'acte, un sens du lieu, de ce qui a lieu dans le lieu du corps.
Je ne crois décidément pas au temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by claude pérès - dans POST-IT
commenter cet article

commentaires

gildas 23/12/2007 01:26

Ah ben voila enfin une grande différence concrète. Parce-que je ne crois qu'à ça, je veux dire que je ne sens, ne ressens que ça, tout le temps: le temps même. Qu'il y a le temps. Que le temps a lieu. Et que ce lieu est mon corps, dans ses espacements, ses écartélements (entre organes et sens, par exemple). Ce que je vois n'ayant plus la splendeur de ce que j'ai touché par exemple, ou l'inverse, peu importe. "Le temps cherche des corps".